Press (FR)

Chroniques, Notes de pochette, Interviews.


 

THESE HUMAN BEINGS / NOTES DE POCHETTE
(Dave Liebman & Enrico Rava)

“Album excellent. Musique magnifique avec un répertoire bien varié, joué impeccablement. On peut y sentir l’esprit et le respect réciproque que ces trois musiciens ont les uns vers les autres, ainsi que vers la musique. Ces musiciens ont sûrement une histoire.”

Dave Liebman

“C’est bien lorsque la musique va au delà des notes, des harmonies et du rythme, qu’elle se transforme en expérience de vie. C’est quelque chose de supérieur au plaisir physique de l’écoute. Il y a de l’aventure, de la recherche, mais il y a aussi du coeur. Il y a de la colère et de l’amour. Il y a du cri mais aussi du chant. Ces trois excellents musiciens nous racontent leur façon d’être humains. Grazie.”

Enrico rava

THESE HUMAN BEINGS / CHRONIQUES

Le programme bien varié, l’interaction musicale ainsi que la pensée progressive qui est à la base de ce projet, généreront surement beaucoup d’intérêt dans cette partie de l’Atlantique. Il y a beaucoup de variété dans These Human Beings.

Si la définition de péricope est bien un récit consistant une unité littéraire, Vernizzi, Sgobbio et Wight s’adaptent parfaitement à cette définition et These Human Beings est un album impressionnant.

Karl Ackermann (All About Jazz – usa)

AllAboutJazz

These Human Beings est en très bon exemple de collaboration entre musiciens italiens et américains. Vernizzi, Sgobbio et Wight n’ont aucun problème à trouver un territoire commun, en utilisant des éléments post-bop ou avant-garde. Dans les deux cas, These Human Beings fonctionne à tout avantage de la créativité.

Alex Henderson (jazz inside – USA)

logo2

Le trio sans basse Pericopes+1 ramène des influences du 21ème siècle à leur album These Humans Beings. C’est du jazz moderne qui a ses points de force dans ses mélodies intelligentes ainsi que ses improvisations énergétiques. Tous les morceaux nous montrent puissance et intention. These Human Beings est comme une sorte de déclaration, et ça c’est une bonne indication pour ce jeune groupe.

David kunian (downbeat – USA)

downbeat-jazz-magazine

Ce qui est vraiment remarquable dans ce groupe, c’est le fait que leurs ambitions n’affectent pas l’accessibilité de leur musique. Ils jouent toujours avec intelligence et coeur.

JOHN FREDERICK MOORE (JAZZIZ – USA)

Jazziz Magazine Logo copy

Avec des rythmes à la fois complexes et basés sur des divisions de tempo quasi ésotériques, on trouve toujours des joyeux riffs straight-ahead et funky. Vernizzi et Sgobbio peuvent très facilement articuler leurs instruments, en même temps, les deux restent aussi bien versatiles quand ils travaillent sur des notes singulières, répétées à des intervals spécifiques. C’est aussi très agréable. Le jouer de Sgobbio, en particulier, est très agréable à regarder, tandis qu’il construit ses improvisations, influencées par le prog-rock.

KEITH BRUCE (HERALD SCOTLAND – UK)

hs-web2

Wight nous offre une parfaite pulsation dans chaque morceau, en attrapant, avec ces cymbales, les phrases jouées par Vernizzi au saxophone. Le mélange entre la batterie et les notes graves jouées par Sgobbio au piano, permettent de garder un beat stable et insistant pendant tous les morceaux. L’unité du trio, même quand le rythme devient perturbé, est impeccable et nette.

CHRIS BABER (JAZZVIEWS – UK)

CrsKq8pWcAAorM0

Pericopes+1 cherchent et trouvent des modes de jeu et inventent une musique qui ne manque ni de personnalité ni d’énergie.

Thierry Giard (culturejazz – fr)

CultureJazzLogo

Pericopes + 1 est bien dans son époque : These Human Beings est un cocktail plein d’imprévus, dans lequel musicalité et hardiesse se côtoient avec une homogénéité savoureuse.

BOB Hatteau (improjazz – fr)

improjazz-61

La force de cet album se trouve dans la capacité de proposer un parcours en l’emmenant au delà des notes et des rythmes, afin de transformer ce voyage en expérience unique et partagée. Un projet ambitieux et bien réussi.

Paolo Odello (Il Fatto Quotidiano – it)

20100205210321!FattoQuotidiano

Le duo Pericopes expérimente une nouvelle dimension avec Nick Wight. Ce trio démontre de fonctionner parfaitement.

ENZO BODDI (MUSICA JAZZ – it)

logo

Ce nouvel album These Human Beings est une vraie surprise. Un album de haut niveau, personnel et stimulant, parfaitement en équilibre entre la tradition musicale européenne et américaine.

NERI POLLASTRI (ALL ABOUT JAZZ ITALIA)

logo-10

Entre effervescence et évanescence sonore, les artistes engagent un dialogue puis se répondent mutuellement, s’accompagnent ou s’opposent, s’accordent ou se désaccordent, se tendent des pièges ou des perches rythmiques et harmoniques. Ils jouent ensemble une musique cérébrale tout en conservant leur spontanéité et leur sensibilité.

Nicholas Hillali (Les Chroniques de HiKo – fr)

Les musiciens ne tombent pas dans la répétition. Néanmoins, ils n’évitent pas l’expérimentation, ce qui rend la musique fascinante du début à la fin. Parfait le choix d’un batteur. La musique de ce trio est bien solide.

ROBIN ARENDS (JAZZ NU – NL)

Logo_272_wit

La recherche de Pericopes atteint, avec l’insertion du batteur américain Nick Wight, des nouvelles propriétés dialectiques (Through Piat). L’axe expressif bouge vers un jazz contemporain dynamique et vif, influencé par la moderne musique new-yorkaise ; ce qui s’ajoute à un sens lyrique prononcé, d’extraction européenne.

antonino di vita (JAZZit magazine – IT)

fd256924874691.5633b81424f08

Pericopes+1 est un chef-d’œuvre moderne.

Parliamo di Jazz – it

Un duo+1 plein d’expressivité. L’alternance entre volatilité et solennité permet à cet album de s’envoler, a fur et à mesure, vers de territoires émotionnants et satisfaisants.

DAVE SUMNER (BIRD IS THE WORM – USA)

BitW-square-avatar

Voici une surprise qui s’élève bien au-delà d’un album bien joué et avec des remarquables solos. Ici ces trois jeunes musiciens produisent idées, ambiances et suggestions, bien loin des chemins sonores habituels. On s’y retrouve dans des territoires peu battus mais on rejoint chaque étape de cet album avec le plaisir presque physique de la découverte.

ROBERTO DELL’AVA (TRACCE DI JAZZ – it)

Musique intense et énergétique, pleine de fraîcheur et luminosité. Vivement recommandé !

JACEK BRUN (JAZZ FUN – GER)

jazz

L’attention au son est absolue. Plusieurs écoutes nous révèlent à chaque fois des nouvelles finesses, des nuances ou bien des détails que la sobriété de la poétique réservée – mais au même temps très profonde – de Pericopes ne dévoile pas tout de suite.

Avec l’intervention très efficace du batteur, qui intervient toujours dialectiquement et jamais comme un simple soutien, la musique du duo rejoint une dimension inedite qui va enrichir ses remarquables points de force : l’accord empathique, le sens lyrique, mais aussi un goût pour l’exploration qui est bien soutenu par une solide préparation académique, ce qui leur permet de laisser de l’espace à la créativité.

Vincenzo fugaldi (jazzitalia – it)

Jazz_Italia_logo_large

La nature ouverte de ce projet accueil à bord le batteur Nick Wight, c’est lui l’efficace «+1» ainsi que le protagoniste absolu dans le morceau Changing World, tableau nostalgique avec voix récitante qui représente le climax émotionnel d’un album courageux et jamais banale.

Enrico Ramunni (Rockerilla – it)

Un travail profond où les recherches individuelles et collectives créent une musique dense et riche de sens.

franco bergoglio (magazzino jazz – it)

cropped-cropped-magazzino-jazz-testatina4

These Human Beings est un album dense d’humus artistique.

Stefano Dentice (Extra Music Magazine – it)

Ce trio a la qualité de ne fréquenter ni le néo-bop régnant, ni de se tourner vers l’extatique scandinave. Dans leurs lignes rythmiques coupées, on retrouve plutôt l’esthétique d’un certain rock avec des parties expérimentales, fragmenté en plusieurs directions. Bien équilibré la division des parts, ce qui donne un sense d’unité aux improvisations.

Piercarlo Poggio (Blow Up – it)

Les dix pistes du nouvel album de Pericopes+1 nous conduisent dans une dimension sonore où le dialogue et la révision conceptuelle des rôles de chaque interprète accueillent le jazz du futur.

daniele camerlengo (suono – it)

PERICOPES / INTERVIEWS

Pericopes+1 au Gateshead Jazz Festival / INTERNEW webzine (UK)

LIRE L’INTERVIEW (en anglais)

INTERVIEW DE CATHERINE MARKS

internew_logo

Pericopes et le questionnaire de Proust / All About Jazz Italie

LIre L’INTERVIew (en italien)

INTERVIew De PAOLO PEVIANIlogo-10

Pericopes+1 / Special to The Times Tribune

lire l’interview (en anglais)

INTERVIEW de patrice wilding

the-times-tribune

Pericopes: new jazz Italien entre Paris et New York

lire (en italien) sur musicajazz.it

interview de ROSARITA CRISAFI

logo

“A Jazz meeting”: la parole au pianiste du duo Pericopes.

Lire (en italien) sur TGCOM24

interview de GIANCARLO BASTIANELLI

LogoTGcom

Pericopes – interview publié sur le journal italien “La Gazzetta di Parma”

LIRE L’INTERVIEW ICI (EN ITALIEN)

INTERVIEW DE MARGHERITA PORTELLI

gazzettadiparma

Pericopes+1 / La musica di questi esseri umani

LIRE L’INTERVIEW (IN ITALIEN) ON JAZZ CONVENTION.NET

INTERVIEW DE MARCO BUTTAFUOCO

jc_logo_twitter

PERICOPES+1 – Il nuovo cd “These Human Beings”

ÉCOUTER L’INTERVIEW (EN ITALIEN) SUR LE SITE DE RADIO EMILIA ROMAGNA

INTERVIEW DE CINZIA LEONI

img-default-facebook-2


DVD_Frames_custodia_rev8_PRINT_tr

FRAMES / REVIEWS

 Une experience d’écoute merveilleuse. Musique faite avec amour et deux musiciens parfaitement synchronisés. Si vous ne connaissez pas encore ce groupe, concédez-vous ce plaisir. Vous ne serez pas déçus.

DOM MINASI

Album sublime. Il y a des moments magnifiques dans cet enregistrement. Les deux artistes sont en pleine activité sur leur respectifs instruments.

DAVE SUMNER (BIRD IS THE WORM)

Ce ne sont pas seulement les racines, même importantes, à attirer l’attention de l’écouteur. C’est plutôt un certain climat d’ouverture mentale, voire immensité d’horizons, que leur musique nous suggère. Ces jeunes artistes de grand calibre, libres de préjugés et idéologies, sont en train de créer la musique de demain.

MARCO BUTTAFUOCO (JAZZCONVENTION)
photo © Lisa Marchiani